Quels sont les ennemis de votre bonheur ?

bonheur

Nous sommes tous en quête de plus de bonheur dans notre vie. Mais pour y parvenir, encore faut-il se libérer de certains comportements, de certaines pensées. Lesquels ?

Voici une liste non-exhaustive des ennemis de notre bonheur, sur lesquels chacun de nous peut travailler afin d’obtenir plus de bonheur au quotidien !

Ne pas confondre bonheur et plaisir

La toute première chose à faire est d’éclaircir un point fondamental: la différence entre plaisir et bonheur.

Le bonheur est un état d’esprit, et ne dépend d’aucun élément extérieur. « L’argent ne fait pas le bonheur » en est un exemple. Car non, l’argent ne fait pas le bonheur. L’argent permet d’avoir davantage de liberté pour réaliser ses projets, ses rêves. Ce n’est pas l’argent qui fait le bonheur, c’est l’usage qu’on en fait.

Avoir des biens matériels ne fait pas le bonheur, cela nous procure du plaisir. Le plaisir d’avoir une belle maison, une belle voiture, de beaux vêtements, etc. Autant de choses qui vous apportent un plaisir immédiat et momentané, car une fois l’acquisition faite, le plaisir s’amenuise ou disparaît même totalement, si bien que nous en changeons pour ressentir à nouveau ce plaisir.

Le bonheur, c’est ce sentiment d’épanouissement personnel, de bien-être au quotidien, dans son corps et dans son esprit. Il faut aller le chercher en soi et le cultiver. Ça peut passer par des moments partagés avec nos proches ou même des moments de solitude pendant lesquels les soucis semblent avoir disparu. Le bonheur, c’est faire ce que l’on aime, vivre en fonction de ses valeurs. Mais nous pouvons parfaitement être heureux malgré les soucis. Cela s’apprend, et pour ce faire, il faut savoir se libérer des ennemis de notre bonheur. Quels sont-ils ?

Le fatalisme, premier ennemi du bonheur

Que de gens j’ai pu côtoyer dans mon existence, qui sont fatalistes au possible !?

« Je n’y arriverai jamais », « c’est impossible », « c’est trop tard », « c’est comme ça, c’est le destin », « c’est foutu »… que de négativité, que de personnes qui ont baissé les bras…

Comment parvenir à être heureux si on part perdant d’avance ? Pourquoi se sent-on tellement impuissant à changer les choses ? Tant de personnes échouent avant même d’avoir essayé…  C’est tout à la fois un mélange de fatalisme, de pessimisme, et de négativité.

Votre vie est entre vos mains, c’est vous qui décidez de ce que vous en faites, pas les autres, pas le destin, pas les circonstances.

Si vous restez fatalistes, persuadés que vous n’avez aucun pouvoir de changement, alors effectivement rien ne se passera. Le seul obstacle qui vous empêche de changer les choses, c’est vous-mêmes.

Retroussez-vous les manches, battez-vous pour ce en quoi vous croyez, pour ce que vous voulez obtenir ! Avec de l’effort et de la constance, vous pouvez changer énormément de choses dans votre vie. Au pire, vous allez échouer ? Au moins vous aurez essayé. Mais vous ne pourrez pas blâmer le destin, vous aurez tout tenté.

Le fatalisme est aussi une facilité, c’est pouvoir se poser en victime en prétextant que ce n’est pas de votre faute, que vous n’y pouvez rien, que c’est le destin. Le destin a bon dos, trop souvent !

Les pensées négatives

Dans la même lignée que le fatalisme mais au sens plus large, les pensées négatives sont un poison anti-bonheur.

Tout est énergie dans ce monde, à la fois positive et négative.  En émettant une énergie négative par nos pensées, nous attirons des événements négatifs à nous.

A l’inverse, en émettant une énergie positive, nous attirons du positif dans notre vie. Cela peut vous paraître totalement absurde car trop abstrait, et pourtant c’est la réalité.

Ce sont aussi nos pensées qui déterminent qui nous sommes et comment nous nous sentons. Si vous ruminez sans cesse que vous n’allez pas bien, que votre vie est nulle, vous ne réussirez même plus à vous réjouir des moments positifs qui jalonnent pourtant votre vie.

C’est notre réaction aux événements qui détermine la manière dont nous nous sentons, pas les événements eux-mêmes.
Si vous acceptez le fait que la vie est faite de joie et de tristesse, de moments confortables et d’autres plus inconfortables, si vous ne cherchez pas à lutter mentalement contre les faits, vous souffrirez moins. La souffrance est le symbole de notre refus d’accepter les choses telles qu’elles sont.

Vous allez me dire que c’est paradoxal avec mon paragraphe sur le fatalisme. Pas du tout !

Soit nous avons la possibilité de changer les choses, et c’est le cas dans la majorité des situations (changer de métier, changer de lieu de vie, changer soi-même, changer de partenaire, etc.) soit il faut apprendre à les accepter en changeant notre manière de réagir aux événements qui se produisent dans notre vie et sur lesquels nous n’avons aucune prise: une rupture, une maladie grave, le décès d’une personne chère. Dans ce genre de situations, notre souffrance est due au refus d’accepter les faits tels qu’ils sont.

Vous ne pouvez pas vous battre contre une personne qui ne veut plus de vous, vous ne pouvez pas vous battre contre la mort d’un proche, vous ne pouvez pas vous battre contre une maladie incurable. Mais vous pouvez modifier votre manière d’y réagir. Soit vous vous effondrez, soit vous « acceptez ». Je ne dis pas que c’est facile, loin de là ! Mais c’est possible, avec les bonnes méthodes, celles qu’un coach peut vous enseigner.

Les personnes négatives

Après les pensées négatives, les vôtres donc, ce qu’il faut limiter dans sa vie pour davantage de bonheur, ce sont les personnes négatives.

Constatez ce simple fait: lorsque vous vous sentez bien, les autres ont plaisir à être en votre compagnie.
Lorsque vous vous sentez mal, les autres ne sont pas attirés par vous. Nous sommes tous égoïstes sur ce point, nous préférons tous la compagnie d’une personne qui va bien plutôt que celle d’une personne qui se plaint, qui critique à tout va, qui se morfond, ou encore qui déprime.

Je ne parle pas ici de moments passagers, mais de personnes qui sont dans cet état de manière quasi permanente.  Nous ne voulons pas être « contaminés » par leur énergie négative et nous les évitons instinctivement dans la mesure du possible.
Une personne négative entraîne son entourage vers le bas, et personne n’a envie de se sentir tiré vers le bas par quelqu’un d’autre, nous nous débrouillons déjà trop bien pour nous auto-saboter…

Il n’est pas toujours évident de les éviter.

S’il s’agit de membres de votre famille, de collègues de travail, d’un patron, il n’est pas toujours possible de couper les liens. Mais vous pouvez les limiter au maximum.

Vous pouvez également apprendre à ne plus être aussi perméable aux émotions des autres. L’empathie est une vertu, mais elle doit avoir ses limites. Vous ne devez pas vous laisser embarquer par la négativité de quelqu’un au point de devenir négatif à votre tour. Protégez-vous !

Les médias 

Mais que viennent faire les médias dans l’histoire ?

Les médias sont des personnes négatives, puissance 1000 ! Malheureusement, la grande majorité de ce qui se passe dans le monde n’est pas joyeux, et les médias relatent des faits qui vont exacerber votre tristesse, votre colère, votre propre négativité.

Je ne dis pas qu’il faut se couper du monde et ne plus s’intéresser à ce qu’il s’y passe, mais qu’il faut modérer notre temps passé devant les journaux télévisés, à lire les journaux, à éplucher les nouvelles sur internet.
De toutes manières, même si vous les évitez totalement, vous serez toujours tenus au courant par votre entourage qui vous parlera de tel fait divers, de telle affaire politique. Sans compter les réseaux sociaux qui pullulent de ce genre de nouvelles et auxquelles vous ne pouvez pas échapper, dans votre fil d’actualités Facebook par exemple…

Mettez les médias en sourdine, en particulier lorsque vous sentez que vous n’êtes pas au mieux de votre forme psychologique. Cela ne fera qu’aggraver la situation et n’améliorera certainement pas votre niveau de bonheur.

Votre zone de confort, ou encore votre routine

Pour ce paragraphe, j’aimerais citer un extrait du livre « Into the wild » de Jon Krakauer, duquel a été tiré le film du même nom et qui est un chef d’oeuvre cinématographique ! Tous deux sont inspirés d’une histoire vraie.
Si vous n’avez ni lu le livre ni vu le film, je vous invite à vous les procurer.


Voici l’extrait du livre que je souhaite partager avec vous:

« Il y a tant de gens qui ne sont pas heureux et qui, pourtant, ne prendront pas l’initiative de changer leur situation parce qu’ils sont conditionnés à vivre dans la sécurité, le conformisme, toutes ces choses qui semblent apporter la paix de l’esprit, mais rien n’est plus nuisible à l’esprit aventureux d’un homme qu’un avenir assuré. Le noyau central de l’esprit vivant d’un homme, c’est sa passion pour l’aventure. La joie de vivre vient de nos expériences nouvelles et donc il n’y a pas de plus grande joie qu’un soleil chaque jour, nouveau et différent. Si tu veux obtenir plus de la vie, il faut perdre ton inclinaison à la sécurité monotone et adopter un mode de vie qui te paraîtra dans un premier temps insensé. Mais une fois que tu seras habitué à une telle vie, tu verras sa véritable signification et son incroyable beauté. »

Qu’ajouter de plus à un tel texte ?

Cet extrait aborde la zone de confort, la routine dans laquelle nous sommes si bien installés. Nous avons envie de plus, envie de mieux, mais nous n’osons pas nous lancer. La routine a ce côté rassurant, mais tellement ennuyeux aussi.

Bien entendu, si vous connaissez l’histoire de Christopher McCandless, le héros malgré lui du livre et du film, personne ne vous dit de suivre le même parcours et d’avoir le même destin (je vais éviter de spoiler pour ceux qui ne connaissent pas !).

Mais si vous voulez une vie plus heureuse, pimentez-la ! 😉

Comme en cuisine, la vie a plus de saveur quand elle est pimentée. Sortez de votre zone de confort, lancez-vous des défis, surmontez vos peurs.

Jetez un œil dans le rétroviseur de votre vie et tachez de vous souvenir des moments les plus grandioses: vous étiez sortis de votre zone de confort ou de votre routine pour connaître ces moments…
Un paysage magnifique au cours d’un voyage ? Vous êtes sortis de votre routine.  La naissance d’un enfant ? Là je peux vous assurer que n’importe quelle femme dira qu’elle est sortie de sa zone de confort !! Et quel moment magique une fois son bébé sur soi… Tous vos moments magiques surviennent lorsque vous allez au delà de votre zone de confort, lorsque vous sortez de votre routine.

Les ennemis physiologiques du bonheur 

Et oui, il existe aussi des ennemis physiologiques au bonheur: le manque d’activité physique, et l’excès de sucres raffinés. 

Non, ce n’est pas une blague ! Malheureusement, ce sont des informations qui ne sont pas suffisamment diffusées pour que le grand public soit au courant.

Le manque d’activité physique. 

On vous dit que le sport est bon pour votre santé physique, on ne vous dit que rarement qu’il est un excellent antidépresseur naturel.

Celle qui écrit ces lignes n’était pas du tout sportive, se moquait éperdument que le sport soit bon pour sa santé, jusqu’à ce qu’un coach lui dise que le sport pouvait lui permettre de se sentir mieux, moralement. En traînant des pieds, elle s’y est pourtant mise, pour voir. Et elle a vu ! Et depuis, elle prend plaisir à faire du sport, parce qu’elle sait que le sport libère plusieurs hormones bénéfiques à notre esprit, pas seulement à notre corps.

Pour en savoir plus sur ces hormones produites lors de la pratique du sport, vous pouvez lire cet article.

L’excès de sucres raffinés.

De nombreuses études démontrent un lien entre la consommation excessive de sucres raffinés et la dépression.

Une alimentation dont l’indice glycémique est élevé, incluant des sucres ajoutés, des sucres raffinés et des céréales raffinées (pain blanc, riz blanc…), est associée à une plus grande probabilité de dépression. Autant dire que les sucres raffinés, sucres ajoutés et céréales raffinées n’améliorent pas notre niveau de bonheur !

Il vaut mieux privilégier une alimentation à base de céréales complètes, riches en fibres, comme le pain complet, le riz complet et les pâtes au blé complet.

A éviter également, les plats préparés et boissons sucrées, bourrés de sucres ajoutés ! Enfin, préférez le sucre roux au sucre blanc. Vous éviterez ainsi le risque de dépression, et améliorerez votre aptitude au bonheur 😉

Si vous souhaitez changer votre vie pour plus de bonheur et que vous ne savez pas comment vous y prendre, si vous avez besoin de conseils ou de quelqu’un pour vous motiver et mettre en place les bonnes actions au quotidien, pour modifier votre état d’esprit et vos mauvaises habitudes, je me ferais un plaisir de vous accompagner dans votre démarche ! 🙂 

Votre esprit est un outil merveilleux que vous pouvez modeler à votre guise, il suffit juste d’un peu de volonté et de quelques efforts. Et pourquoi pas, d’un bon coach !? 😉 
Investir sur soi est le meilleur des investissements ! 

Vous aimez les livres de développement personnel ?

Découvrez les miens sans plus tarder et devenez votre propre coach !

Vous souhaitez me suivre sur les réseaux sociaux ?

Abonnez-vous à ma page Facebook ou à mes comptes Instagram, Twitter, Pinterest et LinkedIn.

Vous aimez mes articles ?

Abonnez-vous à ce blog et partagez-les, ils pourraient vous aider et aussi aider vos proches.
Je répondrai également à vos commentaires avec grand plaisir ! 

Anne-Sophie, alias Coaching RenEssence.

Comments (2)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll to Top
%d blogueurs aiment cette page :