Les fausses croyances sur la méditation

méditation

Ma découverte de la méditation

Tout le monde a entendu parler de la méditation, mais qu’est-ce que c’est au juste ?

De nombreuses personnes en ont une fausse image, des préjugés, des idées reçues. Moi la première, je me suis leurrée longtemps sur cette pratique ancestrale, je la pensais réservée aux moines tibétains et à quelques « illuminés » dont je me sentais très très éloignée.
Je n’ai découvert réellement la méditation qu’à 48 ans, par le plus grand des hasards alors que j’essayais de trouver une solution à mes dépressions répétées depuis une vingtaine d’années. J’avais bien usé et abusé des médicaments, j’avais tenté les thérapies, mais rien n’y faisait. Ma dernière dépression a été telle que je ne voulais plus jamais revivre un tel enfer…

Je suis tombée sur un article qui parlait de la méditation pour soigner les dépressions, et je me suis dit « Pourquoi pas essayer ? Je n’ai rien à perdre, j’ai déjà essayé tout le reste. » Je n’avais aucune idée de la manière de pratiquer la méditation, à part s’asseoir en position du lotus, les mains sur les genoux, paumes vers le haut.

Ok, mais à part ça ? Un petit tour sur Youtube à la recherche de tutoriels et découverte de méditations guidées. Je me suis initiée de cette manière, et grâce à celui que je considère aujourd’hui comme le meilleur en matière de méditations guidées, et comme mon « sauveur » en quelque sorte: Jonathan Lehmann (je doute qu’il aime ce terme de sauveur, un peu trop pompeux pour quelqu’un d’une telle humilité 😉 )
Ses vidéos correspondaient à différents besoins que j’avais, je les ai toutes écoutées, les unes après les autres, en méditant chaque jour. Et là… ma vie a totalement changé !

Progressivement, j’ai arrêté la prise d’antidépresseurs, d’anxiolytiques, de somnifères. Je sentais que je n’en avais plus besoin. (Attention, je ne recommande pas de suivre mon exemple, tout le monde ne réagira pas forcément de la même manière). Ma vie a changé, ma vision du monde a changé, mes pensées ont changé, mes émotions ont changé.

J’ai pris conscience que tout ce que j’avais cru jusque là sur la méditation était faux, totalement faux ! Et totalement ridicule…
Je me suis passionnée pour le sujet, j’ai lu des livres, visionné des reportages, et compris l’intérêt médical de la méditation. Non, ce n’était pas que pour des moines et des personnes perchées, c’était pour tout le monde, absolument tout le monde !

Une petite ampoule s’était allumée dans mon cerveau, je me sentais moins ignorante, plus du tout dans le jugement de quelque chose que je ne connaissais pas au final. Et c’est bien là le souci de beaucoup de monde: juger sans savoir…
Je me suis rendue compte que j’avais jugé la méditation en n’y connaissant rien.

Et je me rends compte aujourd’hui, quand j’en parle autour de moi, que la majeure partie des gens qui ne savent pas ce qu’est réellement la méditation ont les mêmes préjugés et fausses croyances.

Voilà pourquoi il me tenait à cœur de rédiger cet article. Si je peux informer et faire comprendre tout l’intérêt de la méditation, ne serait-ce qu’à quelques personnes qui partageront peut-être à leur tour l’information autour d’eux, alors j’aurais atteint l’un des buts que je me suis fixés dans ce métier.

Quelles sont ces fausses croyances sur la méditation ?

La toute première et principale, celle que j’avais: c’est pour les bouddhistes et les gens un peu « bizarres ».

Si la méditation revêt un caractère religieux dans l’esprit de bon nombre d’entre nous, c’est parce qu’on l’associe au bouddhisme et aux moines tibétains. Or, la méditation a été laïcisée depuis quelques décennies (seulement) par des médecins, tels que le précurseur en la matière, Jon Kabat-Zinn, professeur en médecine américain et fondateur du « centre pour la pleine conscience en médecine » de l’université médicale du Massachusetts ainsi que de la Clinique de Réduction du Stress.

En France, la méditation a fait son entrée dans certains hôpitaux, et des thérapeutes comme Christophe André, psychiatre et psychothérapeute, ont rendu l’accès à la méditation plus populaire.J’aime tout particulièrement l’une de ses phrases: « La méditation est à notre cerveau ce que le sport est à notre corps ».  En une phrase, il résume parfaitement ce que la méditation apporte à l’être humain.  Vous prenez soin de votre corps en faisant du sport ? Prenez soin de votre cerveau en méditant. C’est aussi simple que ça.Alors, toujours pour les bouddhistes et les personnes bizarres ?
Si la médecine s’y est intéressée de près et que des thérapeutes la recommandent, c’est bien qu’il y a intérêt médical à pratiquer la méditation. Et pas seulement pour l’esprit d’ailleurs. Plusieurs études en neurosciences ont démontré que la méditation agissait sur le stress, les dépressions, et même le vieillissement. En effet, la méditation a des effets sur la plasticité de notre cerveau mais également sur nos chromosomes. Au bout de ces chromosomes se trouvent des capuchons, appelés télomères, qui raccourcissent au fil des années et provoquent le vieillissement de nos cellules. Méditer permet de ralentir de manière significative cette dégénérescence des télomères et par conséquent, de ralentir le vieillissement de nos cellules.

Méditer, c’est arrêter de penser,  je n’y arrive pas donc je n’arrive pas à méditer.

Non, la méditation ne signifie pas de ne plus penser, et c’est normal.Il est impossible d’arrêter de penser, même pendant la méditation. Le cerveau humain est conçu en partie pour ça et il aime bien (un peu trop même) fonctionner à plein régime, tout le temps. Ce ne sont pas moins de 60 000 pensées par jour que le cerveau nous inflige, même quand on aimerait qu’il se taise…

Une étude de Harvard a conclu que l’être humain passait 49% de sa vie à penser, et 51% à la vivre. C’est énorme ! Mais la méditation nous permet de mieux gérer ces pensées en les accueillant sans chercher à les combattre.

Quand le cerveau mouline en permanence, nous n’en sommes même pas toujours conscients; les pensées arrivent sans qu’on y prête toujours attention et sans qu’on leur ait demandé de venir.Le but même de la  méditation est de prendre conscience de nos pensées et de reprendre les rênes, d’observer que nous sommes en train de penser, et de décider que nous ne voulons pas que ces pensées restent.

Comment le décide-t-on ?

En se concentrant sur autre chose, et en particulier sur sa respiration. Se concentrer sur sa respiration permet de pouvoir avoir un outil à portée de main, quels que soient le lieu et le moment, sur lequel nous pouvons focaliser notre attention. Et cet outil est neutre. Penser à votre respiration ne vous rendra ni plus triste, ni plus gai, cela vous permet juste de déplacer votre attention, de vos pensées vers la sensation de l’air qui entre et sort de votre corps. Vous n’avez pas cessé de penser, vous avez pensé à autre chose.
Et si les premières pensées reviennent, votre travail est d’en prendre conscience et de revenir encore et encore à la sensation de votre souffle.

Mais méditer ne consiste pas seulement à penser à sa respiration plutôt qu’à ces pensées involontaires. Une fois que la pratique vous permet de maîtriser cet aspect, vous pouvez méditer en vous concentrant sur les sensations autour de vous: les bruits, les odeurs, les sensations corporelles.
Puis sur d’autres pensées afin de reprogrammer votre cerveau, en vue par exemple de chasser des idées noires récurrentes pour les remplacer par des images positives et des phrases que vous pouvez vous répéter mentalement. Vous agissez encore et toujours sur la plasticité de votre cerveau.

C’est de cette manière que je suis passée d’une personne multi-dépressive et angoissée à une personne épanouie et sereine. Evidemment, personne n’est à l’abri d’une rechute et je ne le suis pas plus que quiconque, mais je sais intimement que plus aucun événement extérieur ne pourra me démolir comme par le passé.
J’ai acquis un bien-être dont je ne soupçonnais même pas l’existence, pour la toute première fois de ma vie. 

La méditation peut-elle rendre plus heureux ? J’en suis convaincue !

S’il faut méditer en position du lotus, non merci !

Absolument pas. Il est possible de méditer assis sur une chaise, les pieds bien à plat sur le sol, ou encore allongé sur son lit ou par terre sur un tapis. La méditation ne requiert pas une position spécifique.D’ailleurs, vous méditez sans le savoir lorsque vous êtes tout simplement dans l’instant présent. Lorsque votre mental ne vous emmène pas dans ce qui s’est passé hier ou ce qui se passera demain, mais que vous savourez le moment en étant attentif à ce qui se passe autour de vous, lors d’une promenade en forêt par exemple, et même pendant un repas si vous êtes concentrés sur les aliments sans regarder la télévision ou sans discuter de la journée qui vient de s’écouler (ce que nous faisons presque tous…).

Vous pouvez donc méditer n’importe où, n’importe quand, et dans la position de votre choix.

Il faut répéter « Aum » quand on médite ?

Heu, non… bienvenue dans les clichés de base…

Le terme Aum (ou Om) est une syllabe sanskrite, un mantra, utilisé dans les méditations à caractère religieux.

Encore une fois, la méditation revêt deux aspects: l’une est pratiquée dans les religions telles que le bouddhisme et l’hindouisme, où la répétition de mantras religieux est la base.
Les méditations sont alors l’équivalent des prières dans les religions catholique, musulmane et juive. L’autre aspect est la méditation dite « de pleine conscience », celle que j’évoque depuis le début de cet article.

Par affinité, je me sens proche du bouddhisme et je voue une grande admiration au Dalaï Lama, au Tibet, à l’Inde, mais cela fait partie de ma spiritualité et non de ma pratique de la méditation. Encore moins de la pratique de mon métier de coach.
Je n’impose en aucun cas ma spiritualité à mes coachés, je reste totalement neutre sur le plan de la religion et je les respecte toutes même si je n’y adhère pas. Mais si cette approche de la spiritualité intéresse mes coachés, je l’inclue bien évidemment avec plaisir.

Pour terminer, je crois fermement à cette superbe phrase du Dalaï Lama qui dit « Si l’on apprenait à chaque enfant de 8 ans à méditer, on supprimerait la violence dans le monde en une génération ».

J’encourage donc vivement le monde entier à s’y mettre, pour le bien de chacun et le bien de l’Humanité ! 😉

Et vous, quelles sont vos croyances sur la méditation ?

J’ai sans doute omis d’autres idées reçues sur la méditation, mais je serais curieuse que vous partagiez avec moi vos opinions sur le sujet afin de compléter éventuellement cet article ou d’en discuter ensemble.

J’ai eu tort de juger une pratique que je ne connaissais pas, je n’avais ni les connaissances suffisantes ni un intérêt particulier à me renseigner, et je suis restée bien trop longtemps dans une ignorance que je regrette avec le recul. Si j’avais eu toutes ces informations bien avant, s’il n’avait pas fallu une sévère dépression pour que je m’y intéresse, ma vie aurait pu être meilleure bien plus tôt.

Ne faites pas la même erreur que moi !

Vous aimez les livres de développement personnel ?

Découvrez les miens sans plus tarder et devenez votre propre coach !

Vous souhaitez me suivre sur les réseaux sociaux ?

Abonnez-vous à ma page Facebook ou à mes comptes Instagram, Twitter, Pinterest et LinkedIn.

Vous aimez mes articles ?

Abonnez-vous à ce blog et partagez-les, ils pourraient vous aider et aussi aider vos proches.
Je répondrai également à vos commentaires avec grand plaisir ! 

Anne-Sophie, alias Coaching RenEssence.

Comments (3)

  • Jacqueline11/07/2018 at 19:20

    Je confirme le pouvoir de la méditation. Elle a croisé le chemin de ma vie sur le tard aussi mais elle a réussi là où plein d’autres thérapies avaient échoué. Apprendre le laisser aller n’a pas de prix.
    Et puis, vous avez raison, si le monde entier adoptait la méditation, les tensions en seraient apaisées. On se sent tout autre quand on sait maîtriser sa respiration et ses pensées. On apprend la sérénité.
    Merci pour cet article 😉

    • coaching-renessence11/07/2018 at 19:25

      Merci Jacqueline de confirmer ce pouvoir extraordinaire, et pourtant insoupçonné de tant de monde…
      La méditation peut être une révélation pour les autres comme elle l’a été pour moi et je souhaite que ça soit le cas ! Quand on sait à quel point ça peut transformer une vie, on a qu’une envie c’est de réussir à convaincre un maximum de gens!

  • Jacqueline11/07/2018 at 19:21

    Je confirme le pouvoir de la méditation. Elle a croisé le chemin de ma vie sur le tard aussi mais elle a réussi là où plein d’autres thérapies avaient échoué. Apprendre le laisser aller n’a pas de prix.
    Et puis, vous avez raison, si le monde entier adoptait la méditation, les tensions en seraient apaisées. On se sent tout autre quand on sait maîtriser sa respiration et ses pensées. On apprend la sérénité.
    Merci pour cet article 😉

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll to Top
%d blogueurs aiment cette page :